La Le Boom De L'escroquerie Au Emprunt

La Le Boom De L'escroquerie Au Emprunt

Depuis l'éclosion des plate-formes de prêt entre particuliers sur le continent, un vicieux mode d'escroquerie s'est diffusé largement en ligne à travers les réseaux sociaux et dans les e-mails : de prétendus prêts en ligne envoyés de façon rapide, sans aucun apport, zéro garanties et par des individus qui prétendent être des particuliers investisseurs. Il s'agit évidemment d'une tentative d'escroquerie, mais le déluge d'annonces sur ces sites en dit beaucoup sur la gravité de la situation. Ainsi, beaucoup de particuliers ont été floués à cause cette arnaque.

La logique de l'entonnoir

Faire croire à une promesse de crédit rapide

L'arnaque au crédit prend toujours l'aspect d'un scénario avec plus ou moins de cohérence. Pour l'escroc, il s'agit là d'une étape capitale parce qu'il sent que la réussite de sa tromperie est en grande partie due à la crédibilité de son histoire. Pour appâter la plus grande quantité de victimes possibles, il écrit et publie une fausse annonce sur des sites à forte fréquentation tels que les forums ou les réseaux sociaux. Certaines pages populaires ne modèrent pas les espaces de discussion accessibles par tous les visiteurs, ce qui devient alors un lieu préféré des escrocs.

En premier lieu, l'arnaqueur se présente en tant que personne qui dispose d'un magot qu'elle espère faire fructifier par l'octroi de crédits avec un taux très compétitif. Souvent, il se fait passer pour un retraité rentier qui souhaite se passer de la Banque dans le but de montrer l'image d'un homme philanthropique visant à d'améliorer la société. Ce stratagème poursuit un but précis : profiter de la détresse financière des gens faibles en essayant de leur faire croire qu'un emprunt est toujours possible, même sans conditions de ressources. Il se dit prêt à leur octroyer un emprunt, même s'ils sont déjà endettés. Une fois le dossier accepté, l'escroc promet le virement de l'argent en quelques jours avec des mensualités pouvant monter jusqu'à plusieurs années.
S'il peut paraître clair pour la plupart des individus que des annonces de ce type semblent improbables, il est à noter cependant que des personnes faisant face à des difficultés financières peuvent se laisser berner à cause de cette illusion d'argent rapide qui les attire.

Faire croire au sérieux de la démarche

Sur les réseaux sociaux, n'importe qui peut inventer une identité avec un tant soit peu de créativité. C'est de cette façon qu'opèrent les arnaqueurs au faux crédit en créant intégralement un faux profil qui saura coller avec leur scénario. En premier lieu, ils s'efforcent à donner un nom et prénom qui sonne français à leur personnage. On évite donc les prénoms exotiques qui tendraient à faire fuir certains. La victime doit avoir l'impression que le prêteur réside Stop aux arnaques au crédit rapide alentours. Dans un script bien pensé, notre escroc peut se faire passer pour une personne avec un âge avancé ou fraîchement retraitée. Les plus malins iront jusqu'à demander des documents justificatifs de revenus à la victime, d'autres préféreront lui demander de donner des réponses à un questionnaire sur son emploi. Pour être un encore plus crédible, l'escroc n'hésitera pas à créer de multiples faux personnages qu'il utilisera pour publier de fausses recommandations qui serviront à vanter le sérieux de la proposition.

Approuver chacune des demandes

Lorsque la personne ciblée est persuadée du sérieux de l'opération, notre escroc peut maintenant passer à l'action. Il explique qu'il accepte sa demande de d'emprunt, mais réclame en retour le versement de frais de dossier par mandat pour boucler la procédure. Ces frais peuvent s'élever à quelques centaines d'euros et viennent compenser la durée passée par le faux prêteur à traiter sa demande. Les frais de dossier sont, d'après lui, strictement nécessaires pour libérer le prêt. Si la victime accepte, l'escroc lui demandera ensuite de s'acquitter d'une prime d'assurance emprunteur obligatoire. Bien sûr, la victime ne verra jamais son prêt arriver et notre escroc encaissera les mandats avant de s'évaporer.


De quelle façon prévenir ces escroqueries ?

En France, tout le monde n'est pas accrédité à octroyer un emprunt et le crédit entre particuliers reste un secteur sous surveillance. Si un individu ou une société fait la promotion de services bancaires par Internet, le site doit obligatoirement afficher ses informations légales ainsi que ses CGV. Pour être habilité en tant que de société de crédit, un organisme se doit de posséder un agrément de l'ACPR ainsi que d'une inscription à l'ORIAS. N'importe quel site de prêt entre particuliers doit impérativement posséder ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une tentative d'escroquerie.

Ensuite, il faut savoir que les délais pour obtenir un crédit sont assez longs et qu'il faut compter à peu près 15 jours avant l'obtention des fonds sur son compte. Et même si une personne était en possession de capital à placer de cette façon, il analyserait longuement et profondément tous les dossiers avant de choisir les plus solides.
En tout état de cause, un prêteur n'accorderait en rien un quelconque prêt (immobilier, personnel ou à la consommation) à un individu qui est fiché à la Banque de France concernant des impayés.